Grèce : instabilité politique et économique

24 Juin 2013
Adrien Cohen
Notez



La fragile coalition gouvernementale grecque a subi un coup dur vendredi quand la partie la plus résistante du service public qui a été licencié a manifesté, laissant les partenaires restants avec une faible majorité, et avec un programme impopulaire exigé par le plan de sauvetage international. Alors que certains analystes ont suggéré que le départ du jeune partenaire de la gauche démocratique pouvait être une bénédiction déguisée, le spectre d’une nouvelle lutte politique énervait les marchés européens.

Impasse politique

Grèce : instabilité politique et économique
L’unité du gouvernement pourrait être très bientôt testée si un déficit dans les finances venait à apparaitre dans ce pays déjà sous tension par les différents programmes de sauvetages qui nécessitent des réductions supplémentaires à des Grecs fatigués par l’austérité. "L’instabilité politique est la dernière chose dont la Grèce a besoin à l’heure actuelle", a déclaré dans une annonce le stratège Valentin Marinov de Citibank. "Il pourrait être demandé à Athènes de nouvelles mesures d’austérité pour compenser le déficit de financement. Cela sera être difficile pour le gouvernement à mettre en place".

Au cœur de la dernière crise politique grecque, la soudaine décision la semaine dernière du Premier Ministre Antonis Samaras de suspendre la télévision publique et licencier ses 2700 employés a surpris ; le service public a malgré tout été rouvert en parti. La manière cavalière dont Mr. Samaras a agi – retirant le service de télévision publique sans aucune consultation préalable – a irrité Mr Fotis Kouvelis, chef du parti de la Gauche démocratique. Une multitude de réunions ont été organisé lors de cette semaine après que Mr.Samaras ait refusé de revenir sur sa décision.

Vendredi, la Gauche Démocratique a indiqué qu’elle retirerait ses 4 membres des 17 du cabinet, et déciderait de soutenir le gouvernement de coalition au Parlement uniquement au cas par cas. "Le parti prendra une position basée sur la position centrale de Gauche Démocratique, qui est celle d’un parti de gauche responsable", a déclaré le député Dimitris Chatzisokratis aux journalistes après une réunion du parti qui a duré plus de 4 heures. Les partis restants – le parti conservateur Nouvelle Démocratie de Samaras et le parti Socialiste de Pasok – se retrouvent avec 153 sièges au Parlement sur un total de 300 sièges. Ils pourraient malgré tout être en mesure de gagner le soutien d’une poignée de députés indépendants, ce qui pourrait regonfler la majorité à 160 sièges.

Des marchés très nerveux

"Dans une certaine mesure, une bipartite ou bipolaire, ou toute coalition, peut-être plus facile à gérer qu’un gouvernent tripartite, en particulier lorsque que l’un des trois était extrêmement ambigu quant à la nécessité de profondes réformes pour améliorer et réduire la taille du service public", a déclaré Theodor Couloumbis, professeur émérite de l’université d’Athènes. En fermant la radio et télévision grecque, connue sous le nom de ERT, la Grèce remplie ses obligations envers ses inspecteurs internationaux, connus quant à eux sous le nom de troïka, en licenciant 2000 fonctionnaires d’ici la fin de Juin. Encore 2000 licenciements doivent être appliqués d’ici la fin de l’année et 11000 de plus d’ici fin 2014.

Le marché boursier nerveux de la Grèce a chuté de 6,1% vendredi, tandis que les obligations grecques ont également chuté à leurs plus bas niveaux depuis deux mois. La nervosité du marché a forcé une société de jeux grecque à laisser en suspens un achat d’obligation. La propagation sur les marchés européens a contribué à relever l’indice EuroStoxx 50, en baisse de 1,5%. La crise politique intervient alors que des signes tendent à montrer que les banques centrales de la zone euro ne renouvelleront pas les obligations grecques – l’une des hypothèses du programme indiquait une augmentation de 3,7 milliards d’euros d’ici 2014.

Le gouvernement pourrait également rater une privatisation de 4,6 milliards d’euro cette année, après avoir échoué à attirer une offre pour sa société de gaz naturel Depas plus tôt ce mois-ci.
Les partis Nouvelle Démocratie et le PASOK sont désormais appelés à reformer une économie qu’ils avaient conjointement mis en place après avoir gouvernés alternativement le pays au cours de ces 40 dernières années. Une chose semble être certaine, c’est que le rôle du PASOK va augmenter, probablement avec la nomination de plusieurs de ses membres à des postes ministériels clés. Il y avait une forte attente autour d’Evangelos Venizelos, chef du parti socialiste, sera nommé ministre des Affaires Etrangères et prendre le titre de vice-Premier ministre. Le ministre des Finances, Yannis Stournaras, devrait rester à son poste.

À propos de l’auteur : Adrien Cohen est sales trader chez ETX Capital.


Adrien Cohen


1.Posté par La_rebelle le 05/07/2013 03:50

Pauvres grecs ! Volés, sacrifiés sur l'autel des bénéfices, bientôt tués par une guerre qui ne dit pas son nom !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Hugo Mangin (Blablacar) : « La finance devient plus stratégique » https://t.co/rQZFMTxMFS via @MagDecideurs
Vendredi 17 Novembre - 14:01
RT @vincent_paes: Siemens-Alstom : le nouveau Airbus du ferroviaire ? https://t.co/Qe4qD4pze5
Mercredi 8 Novembre - 12:39
RT @vincent_paes: Retrouvez en ligne notre dossier consacré aux #licornes https://t.co/27qJoNvEzG https://t.co/jNOkfCh7qG
Mercredi 8 Novembre - 12:39
RT @vincent_paes: Les licornes doivent faire rimer croissance et bénéfice https://t.co/n93bEnsbLP via @MagDecideurs
Mercredi 8 Novembre - 12:37





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com