Euro faible pour Europe forte

20 Mai 2010
Notez



Euro faible pour Europe forte
Depuis 2009, le cours de l’Euro ne finit pas de s’écrouler. Les raisons sont simples : panne de la croissance, déficits abyssaux, doute sur une politique économique commune en Europe… Avec la crise, l’euro frôle désormais avec les 1,2 dollar. Une situation qui inquiète les gouvernements européens autant que les marchés financiers. Pourtant, un euro faible permettrait de relancer l’économie européenne. Voici les 4 avantages.

1- Améliorer la compétitivité :

Pourtant, il y a peu de temps, les gouvernements se plaignaient de l’euro fort qui, selon eux, était la cause du manque de compétitivité du Vieux continent. Politiques et industriels se cachaient derrière l’euro pour expliquer leurs échecs. Charles Edelstenne, président de Dassault aviation, avait alors même menacé de délocaliser : "Nous ne pouvons supporter un tel écart, prévient le président de Dassault Aviation. La démarche naturelle va être la délocalisation dans des zones dollars ou à bas coût, comme cela a été fait par l'industrie de l'automobile".

2- Aider les exportations et la croissance :

La chute de l’Euro permettra également de relancer des exportations. 40 % des exportations de la zone euro se font vers le reste du monde. Les études théoriques sur l'impact d'une baisse de l'euro sur les exportations européennes estiment qu’une baisse de 10 % du taux de change entraîne, au bout de deux ans, une hausse de 5 points de pourcentage des exportations. Ce qui, au final, augmente le produit intérieur brut de 1 point sur la même période.

3- Alléger la dette :

Le seul bémol à ce tableau : le prix des importations va augmenter et donc relancer l’inflation. Un phénomène qui devrait être amplifié par la hausse du prix des matières premières. Or, l’inflation érode la dette par la hausse des prix. En effet, le débiteur rembourse "en monnaie de singe". L’inflation devient alors un mécanisme de répartition des revenus, entre créanciers et débiteurs. Plus la hausse des prix est forte, plus les prêteurs perdent et plus les investisseurs remboursent facilement.

4- Remettre la Grèce en selle :

Quant à la Grèce, elle n'aura finalement pas besoin de sortir de l'euro pour retrouver de la compétitivité. La chute de la monnaie européenne aura fait le travail. Comme quoi, parfois les marchés font bien les choses. De quoi se plaint-on ?




1.Posté par abdel le 02/06/2010 01:03

Twitter
Je ne comprends pas le masochisme des européens, l'euro faiblit et on veut le remonter a tout prix. La politique de la BCE sous Trichet n'est qu'une succession d'erreurs

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



La directive MIF 2 bouleverse les pratiques sur les marchés: Les acteurs devront assumer... https://t.co/um92fc5kCg https://t.co/KzRcvmczf9
Jeudi 20 Avril - 19:52
La filière bois profite de la hausse des prix: L’indice général du prix de vente des... https://t.co/UBSr4cUKPF https://t.co/BLOPaRyNqQ
Jeudi 20 Avril - 19:52
Quels impacts économiques suite au référendum en Turquie: Le taux d’approbation du... https://t.co/mDJnFYZWh5 https://t.co/hF2d5LCReS
Jeudi 20 Avril - 19:52
Les banques face aux Gafa: Google, Apple, Facebook et Amazon font trembler la planète... https://t.co/v8kA7lIb62 https://t.co/hjUgAkLm4U
Jeudi 20 Avril - 19:52





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com