Énergie : les conséquences économiques

18 Janvier 2011
Notez



Énergie : les conséquences économiques
Les énergies éolienne et photovoltaïque ne résolvent en rien la future pénurie de combustibles fossiles. Au contraire, elles aggravent la situation, en gaspillant des sommes importantes, ce qui empêcherait de facto un investissement coûteux en nouvelles centrales nucléaires, ce qui nous condamnerait à la décroissance.

Les conséquences d’une pénurie de pétrole persistante et croissante seront probablement dévastatrices. La sensibilité de l’économie au prix du pétrole a certes diminué depuis le choc de 1972. Mais ce ne sera pas suffisant. Les théories de l’économiste Jeff Rubin (qualifié de « Canada’s top economist ») méritent d’être signalées. Pour lui, c’est la hausse du brut qui avait été la cause première de la crise que nous venons de vivre. Cette hausse avait provoqué mécaniquement une hausse des coûts de transport (l’impact d’une hausse du brut aux Etats Unis affecte directement le coût des carburants, qui ne sont pas taxés comme en Europe).

Ceci provoqua une inflation qui a fait monter les taux d’intérêt, qui étaient faibles au départ. Les contrats « subprime » étant à taux variable, les primes de remboursement ont augmenté, ce qui a provoqué la défaillance de nombreux emprunteurs. La crise financière avait ensuite évolué en crise économique, causée par la baisse de l’activité étranglée par la raréfaction du crédit, la baisse des investissements et de la consommation, ce qui a amorcé une spirale déflationniste qui s’auto-entretient en s’amplifiant.

Un cours du pétrole à 225 dollars en 2012

On ne peut casser ce processus que par des injections massives de fonds de relance par les États. Rubin avait correctement prévu le pic de 2008, et pronostiquait un cours du pétrole de 100 dollars en 2010 et 225 dollars en 2012, ainsi qu’à moyen terme une relocalisation de la production résultant de la hausse des coûts de transport.

Remarquons que nous ne sommes plus dans le contexte des années 60 et 70 où une inflation des coûts entraînait facilement une hausse des salaires. Actuellement, son seul effet serait de réduire le pouvoir d’achat, se traduisant par une baisse de la consommation, donc de l’activité économique. Facteur aggravant : si le vœu du patron de l’Aramco, Khalid Al Falih, n’est pas exaucé (augmentation massive de la production d’or noir), le cours du pétrole risque d’atteindre des niveaux insensés, générant cette fois une forte baisse de l’activité.

Les taux d’intérêt qui sont très bas actuellement remonteront, générant une nouvelle crise de « subprimes » (les actifs « toxiques » sont loin d’être tous purgés), et un ralentissement de la construction et des achats de logements (la bulle spéculative actuelle de l’immobilier risque d’éclater). Comme en 2008, l’industrie automobile sera affectée, alors que l’on sait que sa capacité de réagir à des pertes, qui grossissent très vite, est limitée. Faute d’un financement massif des Etats, comme en 2008, l’automobile pourrait être en cessation de paiement, alors qu’elle conditionne l’emploi en France de 3 millions de personnes.

Or les capacités d’un tel financement par l’emprunt ont déjà été utilisées, les États sont fortement endettés, et il est question partout de réduire les déficits des États, et non de les augmenter. L’État lui-même pourrait être en difficulté, dans l’incapacité de payer à taux plein les retraites et prestations sociales. Le scénario de 1929 pourrait se reproduire, qui a vu des faillites en chaîne, et l’augmentation du chômage jusqu’à 25 % de la population active aux États-Unis. Il aura fallu attendre le « new deal » de Roosevelt pour que l’Etat américain se décide à effectuer la relance préconisée par Keynes, consistant en une augmentation massive des dépenses de l’Etat. Les dépenses de la guerre ont parachevé le rétablissement de l’emploi, qui n’a retrouvé son niveau de 1929 qu’en 1943.

Les coûts de l’agriculture dépendent à 45 % du pétrole

Une mention particulière doit être faite de l’agriculture, dont les coûts dépendent à 45 % du pétrole. Déjà, 2008 avait vu une forte hausse des prix agricoles. C’est un facteur important de baisse du pouvoir d’achat. Et les conséquences risquent d’être terribles pour les pays émergents très peuplés, avec une « révolution verte » à rebours, alors que les populations de ces pays ont beaucoup augmenté depuis.

Un tableau catastrophiste ? En tous cas, une menace qui exige une réaction à la hauteur du danger. On a bien appelé l’époque moderne « l’ère du pétrole ». La solution nucléaire-hydrogène est de nature à atténuer les conséquences d’une telle crise, voire même à créer les conditions d’une reprise économique. En effet on remplacerait un achat de pétrole qui pourrait atteindre annuellement 60 milliards d’euros dès 2012 (avec un cours du pétrole de 160 dollars), par une fabrication locale d’hydrogène.

L’industrie automobile française pourra être pionnière dans la voiture à l’hydrogène, qui trouverait certainement un marché à l’export (des pays comme l’Allemagne et la Norvège misent déjà sur l’hydrogène, et tout le monde peut fabriquer de l’hydrogène dans son garage avec un robinet d’eau et une prise de courant). La voie actuellement suivie est illogique et néfaste. Doit-on attendre son échec patent pour changer d’orientation ? Au pays de Descartes, la raison ne peut-elle triompher dès maintenant ?

Vous voulez en savoir plus sur ce sujet ? Lisez notre dossier consacré à l'énergie et ses enjeux.




1.Posté par Les Filles Du 93 le 10/05/2013 16:19

Notre prof d'S.V.T nous a donner en devoir de vacances un exposer sur les combustibles fossiles ( charbon , gaz , pétrole ) sur les conséquences économiques de l'exploitation . Nous donnons notre avis sur ce sujet : les conséquences économiques , on s'en fou litteralement de ce sujet , sa nous saoul , sa va nous servir a rien dans notre vie , je vous prierai de ne plus publier de chose de ce sujet . Merci d'avance . :)

2.Posté par Une fille du 93 le 16/05/2014 20:14

MDRRRR les filles du 93 nous aussi on doit faire un exposé sur ça et on est du 93 !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Peugeot se rêve en nouveau Mercedes: Le chemin sera long mais Carlos Tavares a adopté la... https://t.co/G2s6bb3DxQ https://t.co/LcZCwJnWKW
Mercredi 24 Mai - 12:23
Marchés : des signaux contradictoires qui incitent à la prudence: Les marchés sont... https://t.co/TFPVlixGCt https://t.co/U7h3VVa5Oz
Mercredi 24 Mai - 11:22
66 % des Français disposent d'au moins deux établissements bancaires: En France comme en Europe, l’arrivée des... https://t.co/KOcQ1VhKL1
Mardi 23 Mai - 15:22
La nouvelle norme internationale IFRS 17 révolutionne la comptabilité des assurances:... https://t.co/1bzAov7qif https://t.co/r9UaWk5wiE
Mardi 23 Mai - 14:52



Pas d’inquiétude sur la croissance ?

03/05/2017 - Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas

Quand la politique masque l’embellie économique

14/03/2017 - Emmanuel Auboyneau et Xavier d’Ornellas


Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com