Défiscalisation : la loi Girardin est-elle encore intéressante ?

31 Août 2017
Mélanie Kabla
Notez

​Fin de l'Impôt sur la Fortune, évolution de l'assurance-vie, projet d'une flat tax…À l'heure où les pouvoirs publics veulent réorienter le patrimoine des Français et modifier la fiscalité en profondeur, la loi Girardin Industrielle, dispositif de défiscalisation outre-mer conserve sa stabilité. De quoi encourager les contribuables métropolitains à souscrire, pour réduire leur impôt sur le revenu. Explications.



Le projet de loi de Finances qui définit les orientations budgétaires du pays, notamment les ressources et avantages en matière de fiscalité, sera étudié à l'automne prochain par le Parlement. Si pour le moment, les grands arbitrages ne sont pas arrêtés, l'intention qui s'en dégage est d'inciter les particuliers à augmenter leur épargne et à prendre plus de risques. Mais aussi d'alléger l'ISF en le concentrant sur l'immobilier.

Liberté pour le contribuable

Bien avant d'avoir les précisions nécessaires, rien n'empêche les particuliers de consulter leur conseiller en gestion de patrimoine pour bâtir une stratégie en misant sur la réduction de leur impôt sur le revenu, par la souscription d'une Girardin Industrielle. En effet, les conditions du dispositif de défiscalisation n'évoluant pas en 2018, il accordera toujours un effacement de l'impôt aux contribuables métropolitains, en contrepartie de leurs investissements auprès d'entreprises ultramarines.

La Girardin Industrielle est-elle toujours aussi avantageuse ? Oui. Parce qu'elle anticipe l'impôt à payer l'année suivante, pouvant ainsi réduire la totalité de l'impôt, par un apport qui servira à financer des biens dans les DOM-COM. On parle donc de stratégie de trésorerie « One Shot ». Parce qu'il s'agit du seul mécanisme de réduction d'impôts permettant de défiscaliser plus que le montant de son apport. Enfin, parce qu'elle laisse le contribuable libre, sans notion d'engagement d'une année sur l'autre.La Girardin Industrielle devra donc retenir davantage l'intérêt des CGP en cette rentrée 2017. Avec les mesures de prolongation prises l'an passé, ils peuvent proposer à leurs clients, des investissements en toute sérénité, jusqu'en 2020 dans les départements d'Outre-Mer (DOM) et à Saint-Martin et jusqu'en 2025 pour les Collectivités d'Outre-Mer (COM) et la Nouvelle-Calédonie.

Simple et accessible

L'opération de défiscalisation est entièrement réalisée par un monteur en Girardin Industrielle, pour un ensemble d'investisseurs. Il constitue pour eux, une société sous la forme d'une SNC (Société en Nom Collectif) ou SAS (Société par Actions Simplifiées) suivant le type d'opération. Son objet social est d'acquérir le bien  qui sera exploité par un entrepreneur ultra-marin : l'exploitant; les investisseurs souhaitant défiscaliser participant en tant qu'associés au capital social de la société. Celui-ci permet d'acquérir généralement 40% de la valeur du matériel, le reste étant financé à crédit et par un dépôt de garantie de l'exploitant.

L'entrepreneur local qui va utiliser le matériel signe un bail de 5 ans avec la société. Il s'engage à rembourser un loyer équivalent à l'échéance mensuelle du prêt contracté par la société auprès de la banque. Toutes les parties s'y retrouvent. L'entreprise bénéficie d'un matériel financé à moindre coût. Elle en devient propriétaire pour un euro au terme du bail.Quant à l'investisseur, il obtient une réduction d'impôt supérieure au montant de sa souscription, l'année suivante, en « one shot ». Puis, au terme des 5 années, la société (SNC ou SAS) est dissoute.

Des précautions à prendre

Naturellement, il faut s'adresser à des professionnels de la loi Girardin. Le monteur doit, depuis le 12/02/2015, respecter la nouvelle charte de déontologie, précisée par le décret n°2015-149. Pour plus de sécurité, il faut vérifier que le monteur soit présent sur place, pour assurer le suivi des exploitants ultramarins. Car c'est lui qui sélectionne les entreprises ultramarines sur la base de critères stricts de solvabilité et d'expérience. De plus, les investissements choisis porteront principalement sur des matériels standards à potentiel locatif fort. En conclusion, une dernière recommandation : il faut se positionner au plus vite pour souscrire. C'est-à-dire avant la fin du mois de septembre, pouvoir bénéficier d'une réduction d'impôts au meilleur taux ! Mais aussi pour éviter la pénurie de stocks, les opérations de défiscalisation n'étant pas extensibles.

A propos de l'auteur : Mélanie Kabla est directrice commerciale et relations partenaires chez Ecofip.


Mélanie Kabla

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Hugo Mangin (Blablacar) : « La finance devient plus stratégique » https://t.co/rQZFMTxMFS via @MagDecideurs
Vendredi 17 Novembre - 14:01
RT @vincent_paes: Siemens-Alstom : le nouveau Airbus du ferroviaire ? https://t.co/Qe4qD4pze5
Mercredi 8 Novembre - 12:39
RT @vincent_paes: Retrouvez en ligne notre dossier consacré aux #licornes https://t.co/27qJoNvEzG https://t.co/jNOkfCh7qG
Mercredi 8 Novembre - 12:39
RT @vincent_paes: Les licornes doivent faire rimer croissance et bénéfice https://t.co/n93bEnsbLP via @MagDecideurs
Mercredi 8 Novembre - 12:37





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com