Crise - Football : 2 - 0

16 Février 2010
Notez



Crise - Football : 2 - 0
Quel modèle économique pour les clubs de football ? Voilà une question qui semble bien éloignée du terrain sportif. Pourtant, elle devient essentielle pour la survie des clubs de football. Avec la crise financière et économique, de plus en plus de clubs à travers l’Europe, se retrouvent en situation périlleuse.

Les clubs anglais sont les plus touchés

L'ensemble des clubs de la Premier League cumule 13 milliards de livres d'endettement. Récemment, Manchester United a été contraint de lever de nouveaux fonds pour refinancer sa dette estimée à 826 millions d’euros. Heureusement pour le club anglais, il a pu compter sur la vente de Cristiano Ronaldo au Real Madrid pour 93 millions d’euros. Cette opération lui a permis d’avoir un résultat d’exploitation positif de 48,2 millions de livres. Mais le club anglais ne pourra pas réaliser de tels transferts tous les ans.

De son côté, Liverpool a été pénalisé par un endettement de 370 millions d’euros dû au LBO (leverage buy out) réalisé par ses propriétaires nord-américains. Le club anglais a été alors contraint de renoncer au financement de son nouveau stade. Les clubs plus petits ne sont pas épargnés. Portsmouth doit payer sa dette de 7,5 millions de livres au fisc sous peine d’être mis en redressement judiciaire. Face à des problèmes de trésorerie, les propriétaires de West Ham ont annoncé la réduction de 25 % du salaire de leurs joueurs. Une première.

Chelsea et Manchester City, deux grands clubs de la première League anglaise, ont également souffert en 2009. Le premier a perdu 48,5 millions d’euros tandis que le second affichait une perte record de 100 millions d’euros. Heureusement pour eux, ils peuvent compter sur des actionnaires solides, le milliardaire russe Roman Abramovitch pour Chelsea et la famille régnante d’Abu Dhabi pour Manchester City.

Effet domino

Face à de tels désastres, l’UEFA tente de colmater les brèches le mieux qu’elle le peut. La saison prochaine, les clubs anglais devront respecter les règles du « fair play financier » de l’UEFA. Elle devra donc s’acquitter du règlement de tous les arriérés en matière de transfert. Une situation qui risque de peser sur les finances des clubs. Résultat, les clubs anglais vont limiter l’achat de joueur.

Or, les clubs français profitaient des transferts pour renflouer leurs comptes. Cette mesure pourrait donc bien avoir un impact indirect sur les caisses du football français. Car, contrairement aux clubs anglais, les clubs français sont très dépendants des transferts. En France, le taux de remplissage des stades peine à franchir les 60 %. En Angleterre, il frôle les 93 % cette saison.

Pour le moment, le football français est encore épargné. Le total des pertes des 40 clubs professionnels français n'a atteint "que" 33 millions d'euros pour la saison 2008-2009. Sans le transfert de joueurs, le déficit aurait été de 304 millions. Le mercato de l’intersaison 2009 a été catastrophique pour les clubs français. En 2010, leurs pertes cumulées pourraient s’élever à 100 millions d’euros. Et cela malgré une baisse salariale de 2 %.

Pour Frédéric Thiriez, président de la Ligue de Football professionnel (LFP), il s’agit d’ "un signal d’alarme". Le football français doit trouver d’autres sources de revenu s’il ne veut pas se faire corriger par la crise. Le score pourrait encore s’aggraver.

           



1.Posté par Mister Pro le 16/02/2010 16:00

La gestion des clubs français est effectivement plus saine. Mais son modèle économique est moins développé. Les produits dérivés, la fréquentation des matchs sont des sources de revenu encore pas assez développé.

Au contraire, les clubs anglais dépensent plus mais on des revenus plus divers. Ils sont peut être plus touchés par la crise mais sur le long terme leur modéle économique est plus fiable.

Si cela ne change pas, les clubs français ne pourront jamais rivaliser au niveau européen. Il faut qu'ils arrêtent de se cacher derrière les taxes qui les empechent de prendre de gros joueurs (avec de gros salaires).

2.Posté par onestdesbleus le 28/06/2010 01:19

Vivement Douillet et ses bonnes adresses!

Ahh quand M.Douillet se mêle des bleus ça fait mal ça fait très mal.On sait déjà-grâce à la presse libre-qu’il "n'aime pas les tapettes" c'est dire s'il a un bon esprit humaniste,de nature à ressouder le groupe,l'équipe.Ses valeurs humanistes il sait les communiquer!A mon humble avis il devrait pouvoir donner un bon coup de main au sélectionneur national comme aux joueurs en leur communiquant ….ses bonnes adresses.En effet il s'est fait une spécialité-en fréquentant les bancs de l'assemblée nationale?-dans le domaine du paradis.....fiscal!Vivement qu'il reprenne en main le monde du football:les joueurs de foot pourront ainsi ajouter cette corde à leur arc:la fraude fiscale!Il est normal que les politicards mettent leurs compétences au service des citoyens en général et du monde sportif en particulier.Un bien bel esprit ma foi que celui de ces élites dirigeantes qui est de nature à insuffler aux sportifs français et aux sportives françaises le sens de la probité,de l'honneur et de la vraie solidarité.Il y a de beaux succès sportifs et de grands moments de bonheur collectif à la clé !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com



Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



« Recherche d’emploi : oubliez les méthodes de papa ! »: Le livre qui vous aidera à trouver le boulot qu’il vous... http://t.co/gPWaYinOwy
Vendredi 19 Septembre - 12:32
Valérie Trierweiler bientôt millionnaire http://t.co/xnvRRzFfkQ
Vendredi 19 Septembre - 11:12
Les retards au démarrage des réunions font perdre aux cadres 5 jours et demi de travail par an.: Une récente... http://t.co/9eIstO7bbX
Vendredi 19 Septembre - 10:32
Ce Président des journalistes: François Hollande intervenait dans un contexte particulièrement compliqué parce... http://t.co/hjNCKUEmOj
Vendredi 19 Septembre - 10:17






Lexique de Sciences économiques et sociales


bonial – prospectus et catalogues de vos magasins – moins de papier!

À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com