Banques : quelles performances ?

31 Août 2012
Fabrice Asvazadourian
Notez



Fragilisées par la crise souveraine de l'été dernier, qui avait mis en exergue les faiblesses de leurs bilans avec insuffisamment de dépôts et une forte dépendance aux marchés pour leurs financements, les banques françaises avaient défini dès septembre les plans d'adaptation de leurs stratégies bilancielles puis en fin d'année, les implications en termes d'ajustement de leurs dispositifs.

Au moment où les banques publient leurs comptes semestriels, le cabinet Roland Berger a souhaité faire un point d'étape sur la mise en œuvre de ces plans d'adaptation et leurs implications sur la performance économique globale et par métier des cinq grandes banques françaises (BNP Paribas, BPCE, CM11-CIC, Crédit Agricole, Société Générale). Il ressort de cette analyse quatre enseignements.

1- Des bilans qui se renforcent rapidement

Fabrice Asvazadourian, Senior Partner chez Roland Berger
Fabrice Asvazadourian, Senior Partner chez Roland Berger
Toutes les grandes banques françaises sont bien avancées dans leur cure de renforcement de leur bilan avec un excédent de ressources MT (écart entre le montant du passif à plus d'un an et celui de l'actif à plus d'un an) qui a plus que doublé et un ratio crédit/dépôt en amélioration de 7 points à 123%, se rapprochant ainsi de la moyenne européenne. Les efforts d'optimisation des actifs pondérés cumulés à leur politique de renforcement du capital (par rétention de dividendes et/ou émissions de parts sociales notamment) les placent en bonne position pour atteindre au cours de l'année 2013 le ratio de 9 % de core capital tier 1 selon Bâle 3 sans faire appel au marché. A noter aussi que la majorité des banques est en avance sur les objectifs de refinancement 2012, avec un renforcement des émissions sécurisées, des placements privés mais aussi des émissions obligataires dans les réseaux propres.

2- Une performance économique des activités cœur en recul marqué

Ces stratégies volontaristes de renforcement de bilans conjuguées à un contexte économique déprimé ont évidemment pesé significativement sur le PNB des banques françaises au premier semestre. Sur leurs activités-cœur, c'est plus de trois milliards d'euros de revenus en moins par rapport au premier semestre 2011. Comme les plans d'économies nécessitent un temps de latence avant de se traduire dans les comptes, la capacité bénéficiaire des activités-cœur s'inscrit en net recul (près de 20%), et cela malgré un coût du risque qui reste bas.

3- BFI : un tournant pour l'industrie

Sans surprise, ce sont leurs activités de BFI qui ont été les plus touchées avec des revenus en recul de près de 16%. Sur ce semestre, les activités de financement (-24% vs. S1 2011) pâtissent des arrêts de certaines sous-activités, des ventes de portefeuilles, ainsi que du coût accru de la liquidité. En ce qui concerne les activités de marchés de capitaux, les banques françaises subissent à l'instar de leurs concurrents un marché mondialement toujours en surcapacité et déprimé (-22% pour le Top 15 des BFI mondiales sur les 12 derniers mois), notamment en Europe avec l'impact direct de la crise de l'Euro sur les marchés tant Actions que Taux et d'une diminution de la prise de risque de marché. "Les BFIs sont prises en ciseau entre des changements de modèle métier non encore opérant et des actions de réduction de coûts qui commencent juste à produire leurs effets. Au vu des prévisions d'activité, et nonobstant quelques bons développements dans certains pays émergents notamment sur les solutions complexes, les plans d'économies annoncés en fin d'année dernière, qui se traduiront pleinement dans les comptes au deuxième semestre, risquent de ne pas suffire." commente Pierre Reboul, Senior Partner responsable du centre de compétences BFI.

4- Banque de détail en France : le moteur historique cale

La demi-surprise du premier semestre est le recul du PNB des activités de banque de détail en France. Même si cela était attendu, il s'agit d'une première historique avec un PNB en recul de 1,5% par rapport au 1er semestre 2011. Alors que les encours de crédit s'inscrivent toujours en hausse (près de 4%), notamment grâce aux marchés des entreprises, cette baisse s'explique principalement par les dynamiques de collecte de dépôts (+7% en encours) et son corollaire, la baisse des commissions sur l'épargne financière. Ainsi plus un réseau a été dynamique en collecte de dépôts, plus son PNB s'inscrit en recul. Les seuls réseaux ayant réussi à ne pas voir diminuer leur contribution économique sont ceux qui ont été les plus mesurés sur la collecte de dépôts et qui ont le mieux maîtrisé l'évolution de leur coûts (charges et risque).

Les banques devront également faire attention dans les moins qui viennent à deux points :

1- Surveiller le risque comme le lait sur le feu

Des revenus en recul alors que les frais généraux ne baissent pas, heureusement que les coûts du risque restent à marée basse malgré l'environnement économique déprimé pour ne pas pénaliser plus fortement les profits. Au vu de la tension actuelle sur les délais de paiement et des prévisions économiques pour les 12/18 prochains mois, il va falloir que les banques françaises surveillent l'évolution de leur coût du risque. Elles ont déjà entamé un certain nombre d'actions : plus grande sélectivité des prêts, réduction des maturités, demandes de cautions/garanties. En France, je pense aux 20-25% des entreprises les moins bien capitalisées. Il faut espérer à la fois pour elles et pour leurs banquiers, que la création de la Banque Publique d'Investissement leurs apporte rapidement des solutions en (quasi-) fonds propres pour éviter qu'elles ne soient en grande difficulté.

2- Aller plus loin dans la réduction des coûts au niveau groupe

La majorité des grandes banques françaises a annoncé suite à la crise de l'été 2011 des plans de réduction d'effectifs ciblés principalement sur les activités de BFI et de SFS, voire de gestion d'actifs ou de banque de détail dans certains pays étrangers. A la lumière des résultats du premier semestre, il apparaît, d'une part, que là où des plans de réduction de coûts ont été mis en œuvre, ils ne sont souvent pas en ligne avec les baisses de revenu constatées dans ces métiers et que, d'autre part, rares sont les métiers qui peuvent continuer à s'exonérer de conduire une telle démarche de réduction des coûts. A l'instar de ce qu'ont annoncé leurs principales consœurs européennes ces derniers mois, il faut donc s'attendre à ce que les grandes banques françaises lancent de nouvelles démarches d'efficacité n'épargnant aucun métier cette fois-ci.

A propos de l'auteur : Fabrice Asvazadourian est Senior Partner et co-responsable mondial du centre de compétences Services Financiers chez Roland Berger. Implanté en France depuis 1990, Roland Berger est le premier cabinet de conseil de Direction Générale d’origine européenne avec 2 700 collaborateurs répartis dans 51 bureaux et 36 pays.


Fabrice Asvazadourian

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Qui emprunte en Belgique ?: Les Belges ont été nombreux en 2016 à souscrire un crédit... https://t.co/kev2vryAj9 https://t.co/KIDRVPFrfc
Jeudi 17 Août - 11:07
41 € / mois pour les contenus culturels numériques: PayPal révèle aujourd'hui une... https://t.co/J0aR6JP5Kx https://t.co/tGx5XpjRdI
Mercredi 16 Août - 14:17
Les Français et le déménagement: Trois millions de ménages français déménagent chaque... https://t.co/9SgguvelIs https://t.co/ozssnk8moh
Mercredi 9 Août - 17:27
L’Europe veut être à la pointe en matière de finance durable: Le groupe d’experts à haut... https://t.co/NAo6zGwkbj https://t.co/vUUOrKXa4Y
Mardi 8 Août - 16:52





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com