​Les femmes dans la finance plus exposées à la perte d’emploi

28 Avril 2017
Rémi Lepage
Notez

Jusqu’à présent, les études sur les inégalités entre les sexes abordaient plutôt les angles tels que la rémunération inégale ou la discrimination.



Une nouvelle recherche menée par les chercheurs de l’Université de Chicago Booth School of Business, met en évidence un autre aspect des inégalités de genre, celui de la sanction suite à une faute professionnelle. Il s’avère qu’en cas de conduite malhonnête d’un collaborateur du secteur de la finance, les femmes sont pénalisées plus sévèrement que les hommes, pour une faute professionnelle identique.

Les hommes commettent des fautes professionnelles trois fois plus souvent que les femmes

​Les femmes dans la finance plus exposées à la perte d’emploi
La recherche intitulée «When Harry fired Sally » (Quand Harry a licencié Sally) est le fruit d’une collaboration entre les chercheurs américains : Gregor Matvos de l'Université de Chicago Booth School of Business, Amit Seru de Stanford et Mark Egan de l'Université du Minnesota. Suite à un manque de conduite professionnelle, les femmes ont 20% de chances en plus de perdre leur emploi par rapport à leurs confrères masculins. Elles sont également 30% moins susceptibles de retrouver un nouveau poste, par rapport aux hommes dans une même situation.
 
Selon les chercheurs, les hommes commettent des fautes professionnelles trois fois plus souvent que les femmes, mais ces dernières sont confrontées à des sanctions nettement plus sévères, à la fois par les entreprises qui les emploient mais aussi par d'autres employeurs potentiels du secteur, affirme l'étude. Par exemple, si une femme rompt un accord de confidentialité, elle aura plus de difficulté à se faire réengager ailleurs qu’un homme. L’étude conclut que le secteur financier donne plus facilement une deuxième chance aux hommes, et tient à écarter les femmes.

31% des femmes ont déclaré avoir été personnellement victimes de discrimination


 
Les chercheurs ont tenté d'identifier les raisons de ce phénomène, en supposant que ce constat évoque peut-être une discrimination non intentionnelle à l’égard de femmes. Ils ont étudié alors l’hypothèse selon laquelle la transgression des femmes soit statistiquement plus coûteuse et donc plus dommageable pour les entreprises. «Toutefois, les résultats de la recherche ont confirmé que les erreurs professionnelles masculines non seulement sont plus fréquentes mais aussi plus coûteuses d’environ 20 % pour les entreprises. Ce constat laisse penser que les sanctions pour faute sont discriminatoires à l‘égard des femmes », conclut Gregor Matvos de Chicago Booth.
 
Cette étude apporte un nouveau regard sur la discrimination faites aux femmes au travail, et en particulier dans le secteur de la finance. Selon une enquête mentionnée dans l’étude, près de 88% des femmes travaillant dans la finance estiment que la discrimination existe, 46% des femmes pensent que la discrimination de genre existe sur leur lieu de travail. 31% des femmes interrogées ont déclaré avoir été personnellement victimes de discrimination.


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Peugeot se rêve en nouveau Mercedes: Le chemin sera long mais Carlos Tavares a adopté la... https://t.co/G2s6bb3DxQ https://t.co/LcZCwJnWKW
Mercredi 24 Mai - 12:23
Marchés : des signaux contradictoires qui incitent à la prudence: Les marchés sont... https://t.co/TFPVlixGCt https://t.co/U7h3VVa5Oz
Mercredi 24 Mai - 11:22
66 % des Français disposent d'au moins deux établissements bancaires: En France comme en Europe, l’arrivée des... https://t.co/KOcQ1VhKL1
Mardi 23 Mai - 15:22
La nouvelle norme internationale IFRS 17 révolutionne la comptabilité des assurances:... https://t.co/1bzAov7qif https://t.co/r9UaWk5wiE
Mardi 23 Mai - 14:52





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com