​Football : être riche ne garantit pas de bons résultats sportifs

28 Janvier 2015
Rémi Lepage
Notez

Les meilleurs clubs de foot français sur les plans sportif et économique sont ceux qui souffrent le plus sur le plan financier.



Trois professeurs de finance d’Audencia Nantes Ecole de Management ont conduit pendant trois ans une vaste étude sur les clubs de football français de la ligue 1. A rebours des idées reçues, cette étude démontre que les clubs qui ont les meilleurs résultats dans le championnat de Ligue 1 sont ceux qui, malgré une bonne performance économique, éprouvent le plus de difficultés sur le plan financier.

L’AS Saint-Etienne et le PSG seuls bons élèves partout

Cette recherche sur l’univers du football français, l’un des plus contrôlé et encadré en Europe, laisse penser que ces résultats pourraient s’appliquer à l’ensemble du football européen. L’idée répandue selon laquelle les clubs les plus performants financièrement et les plus riches sont ceux qui réalisent les chiffres d’affaires les plus élevés est, selon l’étude, une pure vue de l’esprit. De même, les revenus générés par les activités marchandes ne se traduisent pas par une meilleure situation financière des clubs.
 
Au travers du classement issu de l’étude, seuls l’AS Saint Etienne et le PSG réussissent la prouesse de s’afficher parmi les 5 premiers sur les trois dimensions financière, économique et sportive. Champion en 2011, le LOSC de Lille n’a terminé par exemple que 7ème dans le classement financier de la même saison.

L’application de l’arrêt Bosman pose question

L’étude souligne également le lien entre les revenus les plus élevés et le succès sportif. Les recettes générées par les activités marchandes sont utilisées pour renforcer sportivement les équipes, recruter des nouveaux joueurs puis payer leurs salaires. Lorsque ces recettes ne suffisent pas, les clubs recourent à l’endettement. A titre d’illustration à l’échelle européenne, les 235 clubs qui ont participé en 2012 aux coupes européennes ont dépensé 15 % de plus qu’ils n’ont gagné (environ 1 milliard d’euros).
 
En cause, le lien très étroit entre les aspects sportif et économique des clubs est l’un des effets de l’arrêt Bosman qui permet aux clubs de recruter un nombre illimité de joueurs de l’Union Européenne. Ainsi, les clubs les plus puissants s’offrent les meilleurs joueurs. Depuis l’application de l’arrêt Bosman en 1995, seuls 5 pays (Italie, Allemagne, Espagne, Angleterre, Portugal) ont vu l’un de leurs représentants remporter la ligue des champions. Avant 1995, les équipes de 10 pays différents avaient gagné ce titre.


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Le parcours atypique de Richard Thaler, le nouveau prix Nobel d'economie https://t.co/TPFa46kCOo
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com