​Emploi : la Défense passe à l’attaque

19 Juin 2015
Antoine Balduino
Notez



Les attentats de janvier dernier ont conduit à une actualisation de la Loi de programmation militaire. Cette dernière prévoit le déploiement express de 10 000 soldats devant des lieux dits sensibles. Pour financer cela, le ministère de la Défense se verra accorder 3,8 milliards d’euros supplémentaires entre 2016 et 2019. Une somme qui servira notamment à financer le déploiement et le recrutement d’hommes supplémentaires.

20 000 jeunes recrutés chaque année

Avec plus de 20 000 jeunes recrutés chaque année, la Défense est le plus grand recruteur de l’Etat. Au-delà des militaires, le ministère de la Défense recrute également du personnel civil : fonctionnaires, ouvriers de l'État, et agents sur contrat. C’est pourtant un sujet sensible pour l’armée car avec sa professionnalisation, le recrutement du personnel militaire est confronté à la concurrence du secteur privé.
 
Il lui faut désormais attirer des personnes vers des métiers souvent mal perçus. Les campagnes publicitaires mises en place depuis trois ans ont justement pour objectif de changer l’image de l’armée. Les jeunes issus de milieux modestes font partie des priorités dans le cadre du plan égalité des chances. En effet, la Défense continue de jouer un rôle d'intégrateur social au profit des jeunes les moins qualifiés.

Concours Bac +5

Niveau diplôme, tout le monde est concerné par ces emplois puisque le ministère de la Défense emploi des personnes sans le BAC (militaire du rang), entre BAC et BAC +2 (sous-officier) ou au-delà (officier). De plus, il est possible à un jeune, quel que soit son niveau, d’obtenir un premier contrat militaire et de faire ensuite carrière par le biais de la formation et de la promotion interne. Chacun peut ainsi avoir accès à une formation et à un métier offrant des perspectives professionnelles valorisantes.
 
L’Armée de terre recrute même des profils Bac +5.Le poste d'officier sur titre est ainsi accessible par concours aux titulaires d’un Bac+5. Si vous êtes accepté, vous suivrez alors une formation d’un an durant laquelle vous serez rémunéré environ 1 500 euros nets par mois. Par la suite, vous toucherez 1 900 euros nets par mois hors primes pour un officier lieutenant et 2 500 nets par mois hors primes pour un officier capitaine.


Antoine Balduino

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Le parcours atypique de Richard Thaler, le nouveau prix Nobel d'economie https://t.co/TPFa46kCOo
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com