​Bourse : une parenthèse enchantée

1 Juin 2016
Notez

Alors que les marchés actions étaient hésitants depuis deux bons mois, une douce euphorie berce les investisseurs. Mais attention, les perspectives de marché à moyen terme ne sont pas si favorables...



La situation s’est décantée depuis une dizaine de séances. L’impulsion des indices boursiers  s’explique par une évolution dans la perception des catalyseurs, les investisseurs ne considérant plus les principales échéances des prochaines semaines comme des risques mais plutôt comme de potentiels moteurs d’appréciation.

Les taux ne devraient pas augmenter en juin

Depuis une semaine, les avancées positives sur le dossier grec – les créanciers du pays ont donné leur accord pour le déblocage d’une nouvelle tranche de financement de 10,3 milliards d’euros –, le nouveau rebond des prix pétroliers et l’amélioration des indicateurs économiques aux Etats-Unis ont convaincu les opérateurs de marché de revenir à l’achat et de « remettre  un peu de risque» en portefeuille. De plus, la BCE a envoyé récemment quelques signes d’encouragement en faveur d’une restructuration de certaines dettes souveraines européennes et de nouveaux moyens techniques pour continuer à réduire les créances douteuses des banques de l’eurozone. Pour ce qui est des « rendez-vous » du mois de juin, le sentiment s’est retourné, l’optimisme émergeant de plus en plus au sein des enquêtes des brokers.
  
Le referendum britannique sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l’Union Européenne apparaissait il y a quelques temps encore comme une échéance à haut risque. Or, la probabilité de voir le fameux « Brexit » se réaliser est désormais faible selon les sondages, le rationalisme est le nouveau mot d’ordre outre-Manche. Quant au comité monétaire de la FED, autre point brûlant du mois de juin, les craintes semblent s’être apaisées. Depuis la dernière réunion de la FED, la probabilité d’une remontée des taux directeurs américains en juin a cru, en raison de la bonne tenue de l’économie outre-Atlantique. Pour autant, les investisseurs font aujourd’hui le pari d’un statu quo de la FED.

L’éclaircie boursière n’est que passagère

Pour quelles raisons ? Ils misent, à juste titre selon nous, sur le discernement de la banque centrale américaine. Si les indicateurs économiques américains appellent évidemment à une remontée légitime des taux, la FED aurait surtout intérêt à prendre en compte le contexte exogène. Elle ne prendrait pas le risque de remonter ses taux les 14 et 15 juin (et de refroidir potentiellement les marchés boursiers), alors que se tiendra le referendum britannique une semaine plus tard. La complaisance vis-à-vis des marchés financiers devrait l’emporter sur la réalité du cycle économique américain ! Qui plus est, les Fed Funds nous indiquent que 40% des opérateurs de marché anticipent une remontée des taux directeurs en juin. Or, la FED va certainement juger cette proportion insuffisante pour qu’une telle décision ne soit pas perçue comme une mauvaise surprise par les marchés.
  
Attention cependant ! L’enthousiasme retrouvé des investisseurs risque de n’être qu’une parenthèse et de buter à moyen terme sur la réalité des fondamentaux. Notre scénario central est celui d’une appréciation des marchés actions à court terme, avec pourquoi pas de nouveaux records pour les indices américains… mais pas de turbulences à moyen terme (horizon 3 à 6 mois) entre volatilité accrue et nouvelles corrections. N’oublions pas la toile de fond : les perspectives de croissance globale restent atones (exception faite des Etats-Unis), tandis que la croissance bénéficiaire des entreprises s’inscrit dans une tendance baissière longue, tant pour 2016 que pour 2017. En somme, les marchés boursiers seraient aujourd’hui dans l’œil du cyclone, profitant d’une éclaircie passagère… avant la tornade ?
 
 A propos de l'auteur : Nicolas Chéron est stratégiste pour CMC Markets.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Formation professionnelle : Chômage de masse ? Solution de masse !: Jamais le chômage n'a été aussi élevé en...… https://t.co/ejVF8XwzLg
Vendredi 20 Octobre - 16:25
La collaboration : nouvelle martingale des entreprises face aux acteurs du numérique: L’univers de la... https://t.co/OTIXdhUuvT
Vendredi 20 Octobre - 16:10
RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com