Un effort collectif indispensable

17 Avril 2012
Francis Massé
Notez



L’effort que notre pays doit faire pour assainir sa situation financière et combler les inégalités sociales est sans précédent. Il doit le faire dans un contexte dans lequel dominent l’économie mondialisée, l’évolution technique, le terrorisme, les questions de l’énergie, du changement climatique, de la compétitivité mondiale qui dépend de l’innovation notamment celle autour du numérique, de l’économie du savoir et de bien d’autres sujets.

L’État reste l’instrument prépondérant

Francis Massé, haut fonctionnaire au ministère chargé des Transports et du Développement durable
Francis Massé, haut fonctionnaire au ministère chargé des Transports et du Développement durable
Au plan financier, l’excès de nos dépenses publiques représente environ 5 points de PIB si on le compare à la situation allemande. Mais il conviendra d’analyser les autres dépenses publiques et y distinguer les bonnes dépenses des mauvaises. Cela s’appelle l’évaluation des politiques publiques. Il existe encore un point dont on parle depuis des décennies et qui concerne les externalités négatives. Elles sont de toutes sortes, de la pollution à des défauts dans notre organisation sociale. Elles concernent la longue durée. Par exemple nous avons oublié que le bilan de la sécurité routière il y a trente ans, c’était en France 17 000 morts et 390 000 blessés par an, contre 8500 morts et 180 000 blessés en 1997, sachant qu’entre temps la circulation routière avant doublé. Seulement si l’on peut dire 3970 en 2011 !

Voilà un exemple où notre société aura très tardivement pris en compte ce fléau national dont l coût global est estimé à plusieurs d’euros y compris le coût humain et qui justifie une action préventive en profondeur. Un autre exemple d’externalités négatives, c’est l’émission de pollutions qu’une entreprise provoque en fabriquant un produit de consommation par ailleurs utile. Là, les pouvoirs publics peuvent agir par la réglementation ou la régulation économique, financière ou notamment fiscale, ou bine encore par une politique qui privilégierait l’essor de l’écologie industrielle.

La question sociale, plus que jamais d'actualité

Au plan social si notre modèle est altéré la question sociale est toujours d’actualité, plus que jamais; il faut revenir à ses fondamentaux sans rechigner aux réformes indispensables. Le salaire, le logement, la santé et l’école sont les axes majeurs qu’il faut traiter activement car la situation est dégradée et beaucoup de familles sont en souffrance. Au delà de ce déficit social et humain, la performance globale du pays se détériore et, par un effet en chaîne, les gains de productivité régressent. Il en est ainsi par exemple de cette situation, paradoxale en période de chômage, où des centaines de milliers d’offres d’emploi ne trouvent pas de candidats du fait le plus souvent d’une inadaptation de la formation.

Dans les deux cas, financier et social, ces dysfonctionnements nuisent à la compétitivité de notre pays et à sa cohésion sociale. Un système de formation défaillant, des infrastructures inadaptées, des actifs immatériels délaissés, et voilà les entrepreneurs publics ou privés, les créateurs d’entreprise à la peine pour bâtir développer, imaginer l’avenir. Mais il ne suffit pas que le prochain président de la République décide pour que l’action suive. Il faut réarmer l’État, son instrument d’intervention !

Cela fait plusieurs années que l’on évoque l’État stratège sans trop savoir exactement ce que l’on veut dire par cette formule pourtant bienvenue. Nous devons rappeler que le secteur public au sens large, État central territorial, entreprises et établissements publics, collectivités territoriales et leurs propres services publics, délégations de services publics (services publics concédés au secteur privé) représentent une part importante de notre système économique et social dont la cohérence demeure un objectif souhaitable mais délicat.

Un nouvel état d'esprit

Un nouvel état d’esprit s’impose pour que les services publics en France et en Europe deviennent, à côté et en partenariat avec le secteur privé, les vecteurs d’un développement économique et social durable. Cet état d’esprit, l’État seul ne le trouvera pas en son sein. C’est également à la société, aux citoyens, à se déterminer pour pousser l’État à se réformer. Chausser les lunettes du passé ne sert à rien : ni les idéologies du vingtième siècle, ni les sectarismes de tous bords ne parviendront à hisser la prise de conscience individuelle et collective à son optimum. Un État nouveau n’est pas un État replié sur lui-même coupé d’une société amorphe qui attendrait tout de lui. Un État nouveau est un État intelligent qui anticipe et gouverne avec lucidité et efficience, en s’appuyant sur des services publics à l‘écoute des besoins d’une société active et exigeante.

Pour mettre en mouvement la société et son État, une politique de la culture est indispensable qui relierait entre eux l’ensemble des métiers et des professions et redonnant aux individus leurs initiative de créateurs et de citoyens.

Sur l’auteur : Francis Massé, ancien élève de l’ENA, est un professionnel du management public. Haut fonctionnaire au ministère chargé des Transports et du Développement durable, ancien directeur général délégué de RFI, il est aussi essayiste. Il vient notamment de publier son troisième ouvrage, Refonder le politique, sur la réforme de l’État.


Francis Massé


1.Posté par La_rebelle le 23/04/2012 23:26

C'est bien connu l'ENA forme des ANES, tous issus de la même caste, qui ne veulent en rien céder leur place, surtout pas à une brillante jeunesse bardée de diplômes, qui ne demandent qu'à travailler.

Les routes, parlons-en, elles sont si peu entretenues, les caméras ne remplaceront pas un bitume bien fait, les gendarmes n'ont plus. Par contre les PV remplissent les caisses de l'élite.

Peut-être faut-il mieux quitter la France ?
http://www.eric-verhaeghe.fr/faut-il-quitter-la-france/

Quant aux voitures, le pic pétrolier est derrière nous, et ne rêvez pas sur la voiture électrique, mon garagiste est totalement d'accord avec moi........On nous prend pour des billes !


2.Posté par La_rebelle le 24/04/2012 00:31

Pour la situation financière, je peux vous donnez une piste : dégraisser le mammouth qui se trouve à la tête de la France..... Ce mammouth, qui après nous avoir fait payer ses frais de présentation sur la scène électorale, se voit offrir le gite et le couvert avec moult serviteurs, voitures et chauffeurs dont le peuple paie essence, réparations et casse, femmes de ménage car Madame n'est même pas apte à passer la serpillière (Madame ne peut abimer ses ongles n'est-ce pas, elle est faite pour porter chapeau et escarpin, voir des bottes à 1700 € comme NKM, ou des tenues Dior comme Rachida), cigares et champagne, avion de la République (soigneusement protégé par des policiers payés par la République, afin que le République ne s'en approche pas), certainement service de nettoyage du linge, services de santé de la Défense et les soins qui lui incombent payés eux aussi par la République, etc.....

Que d'économie il y a à faire......Mais c'est connu, le peuple est fraudeur, voleur.....c'est la cour des miracles.

Et dire qu'un couple, ami du Maire UMP de Puteaux, occupe un complexe de 200 m2, normalement attribué aux étudiants qui eux galèrent pour trouver un logement, tout cela pour un prix étudiant.

De qui ce moque t-on ? Virez moi tous ces gens, place aux jeunes, que la France enfin pose les bases d'une nouvelle fondation solide et durable, non pervertie par les privilèges d'une oligarchie.

Et que s'installe enfin la Démocratie avec ses 3 piliers : liberté, égalité, égalité....

Le changement climatique n'a pas l'air de préoccuper cette oligarchie, si ce n'est pour faire faire une taxe carbone au peuple, ainsi que d'autres taxes. N'ètes vous donc pas au courant que le soleil est en train d'inverser ses pôles, tout comme la terre, mais passez à la caisse d'abord, on discutera ensuite !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Le parcours atypique de Richard Thaler, le nouveau prix Nobel d'economie https://t.co/TPFa46kCOo
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com