Sortir Chypre de l’impasse financière

19 Mars 2013
Notez



Symbole ultime de la déconnexion entre finance et économie réelle, la situation chypriote actuelle est intenable. L’Europe ne peut tolérer ce genre de paradis fiscal à l’intérieur de ses frontières. Dans une Europe qui peine à endiguer la crise économique actuelle, l’annonce de taxation des dépôts bancaires chypriotes affole des marchés encore très instables. La décision européenne est doublement irresponsable. Elle pénalise tous les chypriotes par rapport à une situation que la plupart d’entre eux n’ont ni générée ni voulue. Deux poids, deux mesures.

Un problème de confiance

Sortir Chypre de l’impasse financière
Elle ouvre une brèche inacceptable dans la garantie des dépôts des épargnants… que devait renforcer le projet d’union bancaire !On s’attaque une nouvelle fois à la notion de confiance, seul socle permettant de garantir la stabilité financière en Europe. En effet, la confiance des épargnants dans leur banque avait évité les "bank run" au plus dur de la crise. On génère avec cette décision de l’instabilité à venir.

Cela pose par ailleurs une fois de plus la légitimité démocratique des décisions européennes qui montre un éloignement de plus en plus grand entre les peuples et la gouvernance européenne, alimentant suspicion et rejet des institutions européennes.

Des solutions sont possibles

Pour limiter cet effet tout en sortant Chypre de l’impasse financière, il faut favoriser de meilleurs équilibres :

• Augmenter de manière plus forte l’impôt sur les sociétés, largement plus bas à Chypre que dans les autres pays de l’Union, même après le relèvement à 12,5%.
• Taxer les dépôts et les revenus financiers des NON résidents avec un taux plus élevé que 10%, de manière à baisser la qualité de paradis fiscal et le rendre moins attractif.
• Taxer les dépôts bancaires de TOUS les Chypriotes au dessus de 150 000 € mais avec un taux moindre afin d’éviter les effets de domiciliation fictive… et en même temps de ne pas pénaliser les petits et moyens épargnants locaux.

À propos de l’auteur : Éric Delannoy est vice-président de Weave, cabinet de conseil en stratégie opérationnelle. Il a rejoint Weave en 2005 pour créer l’activité banque.




1.Posté par BA le 20/03/2013 18:12

Le blocus de Chypre vient de commencer.
Les masques tombent.
L’Union Européenne révèle son vrai visage.

La Banque Centrale Européenne révèle son vrai visage.
La BCE n’est qu’un gang de maîtres-chanteurs.
La BCE affame les Chypriotes jusqu’à ce qu’ils cèdent.
La BCE arrête de fournir des billets en euros aux banques de Chypre jusqu’à ce que les Chypriotes cèdent.

Les masques tombent.
L’Union Européenne n’est qu’une dictature.
Ni plus, ni moins.

Ceux qui soutiennent cette dictature n’ont aucune leçon à nous donner.
Aucune.

Le blocus de Chypre me rappelle le blocus de Berlin. (Le 24 juin 1948, à l’issue d’une longue dégradation des relations entre les quatre occupants de l’Allemagne, l’Union soviétique bloque les voies d’accès terrestre à Berlin-Ouest. Commence alors le « blocus de Berlin », qui dure jusqu’au 12 mai 1949.)

Ceux qui soutiennent l'Union Européenne sont comme ceux qui soutenaient l’URSS au moment du blocus de Berlin.

Ceux qui soutiennent l'Union Européenne ont oublié que le blocus de Berlin n'a pas empêché l'effondrement de l'URSS quarante ans plus tard.

Les dictatures peuvent faire tous les blocus qu'elles veulent : à la fin, les peuples finissent par les détruire.

Les 15 peuples qui étaient réunis dans l'URSS ont fini par reprendre leur indépendance : aujourd'hui, l'URSS est morte.

De la même façon, les 27 peuples qui sont réunis dans l'Union Européenne reprendront leur indépendance : demain, l'Union Européenne mourra.

L'Union Européenne rejoindra l'URSS dans les égouts de l'Histoire.

Lisez cet article :

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/20/20002-20130320ARTFIG00468-l-europe-organise-le-blocus-monetaire-de-chypre.php

2.Posté par BA le 28/03/2013 11:43

Nous savons maintenant que les dominos européens vont continuer à tomber, les uns après les autres.

Tous les Etats européens qui ont un secteur bancaire hypertrophié vont subir le sort de Chypre.

1- D'abord, il y a eu la Grèce.
2- Ensuite, il y a eu l'Irlande.
3- Ensuite, le Portugal.
4- Ensuite, l'Espagne.
5- Ensuite, Chypre.
6- Demain, ce sera le tour de la Slovénie.
7- Après-demain, ce sera Malte, puis le Luxembourg, puis le Royaume-Uni, puis l'Italie ...

Jeudi 28 mars 2013 :

Voici les dernières nouvelles du sixième domino : la Slovénie.

Slovénie : un conseiller du FMI pressenti pour diriger la Banque centrale.

Un conseiller du Fonds monétaire international (FMI), Bostjan Jazbec, est pressenti par les autorités slovènes pour prendre la tête de la Banque centrale, alors que le secteur bancaire est au bord de l'implosion faisant ainsi de la Slovénie un pays candidat à une aide d'urgence de l'Union européenne.

http://www.romandie.com/news/n/_Slovenie_un_conseiller_du_FMI_pressenti_pour_diriger_la_Banque_centrale76280320130038.asp?

3.Posté par www.crisemajeure.fr le 09/05/2013 17:08

Chypre est actuellement dans l’obligation de céder 11 tonnes d’or, cette tractation fait suite au cas de la Grèce que le FMI et la BCE ont dépossédé de 111 tonnes d’or. Un bien précieux que le pays ne possédait même pas dans ses propres coffres, mais à l’étranger principalement dans 2 banques centrales, la FED et la Banque d’Angleterre. L’or grec a été vendu via des opérations d’actifs (swaps). Aux 111 tonnes s’ajoutent 389 tonnes d’or (500 tonnes au total) appartenant à d’autres pays en difficulté qui ont été soumis aux mêmes opérations d’actifs en échange d’une aide financière sous forme de devises (dollars& euros).

Une aide sans réelle valeur puisque ces devises sont l’objet de création monétaire expansive - quantitative easing aux USA (planche à billets) & Création monétaire en Europe sous forme de prêts colossaux accordés par la BCE aux banques privées à taux quasi nul. Par le rachat de dettes toxiques des banques privées en difficulté, par le rachat d’obligations souveraines de peu de valeur. Des opérations entreprises par la BCE sans contrepartie d’actifs, ce qui revient à de la pure création monétaire. Tout ceci pour éviter la faillite du système bancaire et alléger la dette de certains États en favorisant l’emprunt obligataire sur les marchés financiers à des taux les plus bas possible.

Désormais, en contrepartie, le FMI et la BCE, compte tenu de la perte de valeur des principales devises (dollars & euros), ces opérations de secours ne se font plus qu’en échange du seul actif qui a encore de la valeur, le stock d’or physique des pays ayant sollicité cette aide. Des réserves de métal jaune qui paradoxalement n’étaient même plus contenues dans les coffres de ces nations en perdition. C’est dire qu’un mouvement insoupçonné de réforme économique et financière se prépare à l’échelle mondiale. Maintenant, la question cruciale n’est pas tant de connaître le stratagème en cours d’exécution, mais surtout de savoir ce qui se profile derrière tout cela.
Plus généralement, au travers de ces tentatives désespérées, de ces tractations imposées par ces institutions supranationales aux ordres de la véritable gouvernance mondiale, ces États européens étranglés par l’endettement extrême essaient avant tout 1) de sauvegarder le système bancaire, générateur de crédit. 2) De sauver l’euro. 3) D’enrayer la crise de la dette publique. Cependant ces actes forcés de secours, sans calendrier, sont pris dans l'urgence, à l’emporte-pièce, juste dans l'espoir du lendemain.

Désormais, pour le cartel mondialiste, tous les États ne sont plus que de gros gibiers apeurés et déstabilisés par les rabatteurs, les chiens de meute, les spéculateurs. Une scène de chasse qui effraie les chefs de gouvernement, ils redoutent d'être cernés de trop près et d'être pris à la gorge dans l'antre des marchés de la finance mondiale. Tandis que les écuyers, les maîtres de la haute finance, après avoir organisé magistralement la battue, ont mis leurs chevaux de cross au repos et se sont installés aux tribunes d’honneur pour mieux assister à cette nouvelle scène de chasse. Ils attendent de les voir très bientôt leur abandonner ce qui reste de leur souveraineté nationale.

Voici le lien de Bullion Vault détaillant le mouvement de vente d'actifs sur la base des 500 tonnes d'or dont sont dépossédés de plus en plus d'Etats : http://delor.bullionvault.fr/la_gr%C3%A8ce_devratelle_vendre_son_or09081

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



La voiture du futur coûte cher aux constructeurs: En retrouvant les niveaux de vente... https://t.co/XqB59AbjAU https://t.co/WQnLDsDUsN
Vendredi 21 Juillet - 16:08
RT @AEGRW: #EGA : je prends la parole sur @ecoetsociete #Hulot #alimentation #EGADiversité @Min_Agriculture @EGAlimentation https://t.co/l9…
Jeudi 20 Juillet - 10:35
Les dépréciations de goodwill du CAC 40 reculent de 13,4 %: Pour la 4ème année... https://t.co/RvivfDyMyu https://t.co/5bBHdM581c
Mercredi 19 Juillet - 12:29
Les sociétés d’assurances dominent la couverture des risques sociaux: En 2015, les... https://t.co/rSh3UlXuY0 https://t.co/5Gda3GLojF
Mercredi 19 Juillet - 12:19





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com