Mais où sont les licornes ?

11 Décembre 2015
Jérôme Lecoeur et Jérôme Faul,
Notez



« La France championne européenne du capital risque au premier semestre 2015 » constate avec une légitime satisfaction le dossier présentant les initiatives pour les Nouvelles Opportunités Economiques du ministre Macron. Toutefois, le vade-mecum « Noé » précise de suite que « la France ne figure qu'en 5ème position en Europe sur le nombre de start-up valorisées plus d'un milliard de dollars/euros », soit trois licornes exactement sur les quarante recensées sur le continent européen. Pourquoi ? Sans dogmes ni positions partisanes, ce constat pointe la triple réalité à laquelle sont confrontées les start-up en recherche de financement.

Faire le bon diagnostic...

Première réalité : depuis 2012 l'Etat a injecté de l'argent pour pallier à un manque du secteur privé dans le financement, dit « d'amorçage » ou « early stage », des toutes jeunes sociétés innovantes. Une partie (600 millions d'euros) du programme des investissements d'avenir a été consacrée au capital amorçage. La vingtaine de fonds qui ont été montés à cette occasion sont encore trop jeunes pour qu'on puisse en tirer un premier bilan financier. Mais ce qui est certain c'est que cet argent public a attiré peu d'argent privé (dans la proportion d'environ 1 euro privé pour 2 euros publics) pour financer les entreprises au moment de leur création...Utile pour « réamorcer la pompe », ce déséquilibre entre les investissements publics et privés est une singularité bien française qui, à long terme, est préjudiciable. Nous y reviendrons.

Après cette phase, les premières start-up financées commencent à ressentir la nécessité de lever des tours de financement supplémentaires. C'est précisément à cette étape qu'elles sont confrontées à la deuxième réalité : les fonds de capital-innovation français sont encore trop peu présents sur le segment du post amorçage. Concrètement quand on commence à parler en millions d'euros. Il s'agit pourtant d'une phase cruciale dans le développement des startups innovantes. Elles connaissent des premiers succès commerciaux mais elles sont loin de l'équilibre financier et n'ont pas sécurisé leur business model. Il faut financer une accélération ou, au contraire, un changement de stratégie. Dans tous les cas, c'est coûteux et le manque de moyens est littéralement mortel. Par ailleurs, est-ce réellement le rôle de l'Etat d'intervenir à ce stade de développement des entreprises qui nécessite, outre « du cash », une capacité à accompagner au quotidien les dirigeants des sociétés innovantes dans cette phase décisive de développement ?

... Pour administrer le bon remède

Arrive la troisième réalité : la nécessité de doter le capital-innovation de moyens supplémentaires a été prise en compte par la BPI depuis sa création avec le parti-pris de faire naître des acteurs majeurs en termes de dotation. Elle encourage une consolidation du secteur en favorisant l'émergence de 6 fonds français avec plus d'1 milliard d'actifs sous gestion d'ici 2018 en même temps qu'elle travaille à attirer des investisseurs étrangers et développe une stratégie d'investissement en direct. ...  Ceci étant posé, regardons de plus près - il le faut bien - quelques chiffres issus des associations professionnelles.

Sur le 1er semestre 20151, on a dénombré dans l'hexagone 273 entreprises soutenues en amorçage pour un total de 241 millions d'euros, 10 entreprises en post-amorçage pour un montant global de 104 millions d'euros et 1 en phase ultime de développement pour 38 millions d'euros. Aux Etats-Unis, sur l'unique 3ème trimestre 20152, on compte 613 entreprises soutenues en amorçage pour un total de 5 milliards de dollars, 257 en post-amorçage pour 6, 3 milliards de dollars et 200 entreprises en phase ultime de développement pour 4, 4 milliards de dollars. Les comparaisons précises n'étant pas pertinentes, restons-en aux grandes masses pour retenir trois éléments majeurs...

Si l'on constate une similitude entre nos deux pays, puisque que le nombre d'opérations diminue avec la maturité des sociétés, on voit aussi que ce nombre diminue terriblement plus vite en France. Concrètement et pour simplifier, une société innovante française sur 28 trouvera un financement en post amorçage quand il s'agit d'une société sur 2,4 aux US... On note surtout une différence importante puisqu'en France les montants globalement disponibles pour ces opérations diminuent alors qu'aux Etats-Unis les 3 groupes sont relativement équivalents. In fine, et même si les deux marchés « domestiques » sont incomparables - 65 millions d'habitants d'un côté, 318 millions de l'autre, prééminence de l'anglais dans le commerce international, ... - l'écart entre les deux pays pour ce qui concerne la dernière étape, celle de la phase ultime de développement qui conditionne la naissance ou non d'une licorne, est un gouffre. Le rapport est ainsi de 1 à 200 en nombre de sociétés financées en phase ultime de développement.

Il faut déjà grandir pour devenir une licorne

Pourtant, si l'on regarde maintenant les données de performance publiées par l'AFIC3, on voit que les investissements les plus rentables sont ceux qui justement interviennent dans les phases les plus tardives du développement des sociétés. C'est donc naturellement vers là que s'orientent d'abord les investisseurs en capital-innovation. Ce n'est donc pas par manque de fonds disponibles (en tout cas en proportion) dans la dernière étape de financement (celle des grosses levées de fonds) que l'on pêche mais par manque de fonds et de sociétés ayant survécu dans l'étape précédente du post amorçage ! La licorne est un animal légendaire mais, dans la vie réelle, elle ne peut pas sortir de nulle part. Il faut une continuité dans la chaîne de financement.

Il faut que les start-up les plus jeunes qui réussissent puissent continuer à se développer. Il faut des fonds de capital-innovation de toutes les tailles avec des capacités de financement variées pour accompagner leur croissance. Si la BPI pousse à la création de 6 fonds à 1 milliard, il faudrait logiquement qu'elle pousse à la création de 60 fonds à 100 millions et à plusieurs centaines de fonds d'amorçage. De tels montants cumulés sont probablement hors de notre portée aujourd'hui, la France n'en a simplement pas les moyens et ce n'est peut-être pas son rôle. Il est en réalité évident qu'il faut créer les conditions d'un retour massif des investisseurs privés sur tous les segments d'investissement. Si l'Etat intervient, il doit le faire à bon escient pour créer un cercle vertueux, intéresser les investisseurs privés, s'y substituer le cas échéant. Prenons enfin le sujet dans le bon ordre, étape par étape. A vouloir financer des sujets qui font rêver sans avoir d'abord jeté les bases rendant le rêve crédible, on poursuit des chimères, pas des licornes.

A propos de auteurs : Jérôme Lecoeur est président du directoire d'Innovacom et Jérôme Faul, directeur général.


Jérôme Lecoeur et Jérôme Faul,

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Formation professionnelle : Chômage de masse ? Solution de masse !: Jamais le chômage n'a été aussi élevé en...… https://t.co/ejVF8XwzLg
Vendredi 20 Octobre - 16:25
La collaboration : nouvelle martingale des entreprises face aux acteurs du numérique: L’univers de la... https://t.co/OTIXdhUuvT
Vendredi 20 Octobre - 16:10
RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com