Immigration en France

3 Décembre 2012
Notez



Fin 2010, Économie et société dressait un tableau chiffré de l’immigration en France. Sur 65 millions d’habitants, on recensait alors 5,3 millions de résidents étrangers avec leurs familles et 6,5 millions de Français comptaient au moins un immigré dans leur famille. Selon l’Institut national d’études démographiques (INED), l’immigration a baissé en France depuis les années 1970. L’Hexagone comptait une proportion d’étrangers (11 %) comparable à ses voisins : 13 % en Allemagne, 10 % au Royaume-Uni. Qu’en est-il deux ans plus tard ?

11 % d’immigrés

Immigration en France
Dans l'édition 2012 d'Immigrés et descendants d'immigrés en France, l'Insee dresse une radiographie de la situation. Le pourcentage d’immigrés en France est resté stable à 11 %. Dans l'Union européenne, environ 12 % des personnes sont nées à l'étranger. Mais en France, le développement de l'immigration familiale a favorisé la constitution d'une population de descendants d'immigrés. La présence de ces descendants d'immigrés en grand nombre est "une position originale en Europe". Cette deuxième génération est estimée à 6,7 millions de personnes, dont 2,2 issus de couples "mixtes" (un seul parent immigré).

Les immigrés ont un niveau de vie median inférieur de 30 % au niveau de vie médian en France. Mais l'écart de niveau de vie médian n'est plus que de douze points pour les descendants d'immigrés. Le taux de pauvreté qui s'établit en 2009 à 13,5% pour l'ensemble de la population reste de 37% pour les ménages immigrés mais diminue à 20% pour les descendants.

Inégalités

Les immigrés sont également deux fois plus nombreux à se déclarer victimes de discrimination. 14% des Français affirment avoir vécu une discrimination en raison de leur sexe, de leur âge ou de leur origine. Deux fois plus d'immigrés ou d'enfants d'immigrés se plaignent de faits comparables. En Ile-de-France, les descendants d'immigrés se sentent au moins autant discriminés que les immigrés. Dans cette région, deux tiers des personnes déclarant avoir été discriminées ont un lien avec l'immigration.

Le taux d'activité des immigrés varie selon le pays d'origine. Ainsi, les hommes et les femmes venus du Portugal et d'Afrique Subsaharienne sont les plus actifs sur le marché du travail (80 %). Leur participation dépasse même celle des non-immigrés (78% ). À l'opposé, les immigrés issus du Maghreb (66 %), de l'Espagne (66 %), de l'Italie (61%) ou de Turquie (58%) sont les immigrés les moins actifs.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: Retraites : garder une vision à long terme https://t.co/dViHZaFYCU via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: #Licornes : sous le soleil des #fonds https://t.co/bLq2RwCrNQ #start-up
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: Les ambitions de @PhilippeARRAOU à la tête de @bdofrance https://t.co/Sffw6A1bEp
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com