Chutes des personnes âgées : un coût de 2 MD€

13 Avril 2016
Rémi Lepage
Notez



En 2050, une personne sur trois aura 60 ans ou plus, selon l'Insee. Ce vieillissement démographique accroit la perte d’autonomie et le risque de chutes graves. Pour répondre à cet enjeu, le professeur Dantoine a mené une étude clinique durant trois ans évaluant les impacts médico-économiques des nouvelles technologies appliquées à la prévention des chutes. 350 patients atteints d’Alzheimer ont été suivis via des systèmes de Détection Systématique par Caméra Vidéo (DSCV).

Les répercussions médico-économiques des chutes des seniors

Les chutes du sujet âgé représentent un coût important en matière de santé publique, même si les données manquent pour calculer précisément un coût réel de prise en charge des chutes et de leurs conséquences médicales et sociales. Une estimation a montré que le coût direct dépassait le milliard d’euros en 1993 et qu’il est estimé à plus de 2 milliards d’euros aujourd’hui en France.L’étude menée par le professeur Dantoine révèle qu’une personne sur 3 âgée de plus de 65 ans est victime d’une à plusieurs chutes/an et évalue le nombre de chutes par résident en EHPAD à 2/an en moyenne.

Les conséquences de la chute concernent d’abord la chute en elle-même et les traumatismes graves qui y sont liés tels que la régression psychomotrice, mais aussi les pathologies responsables de la chute et la récidive de la chute. Plus la station au sol est prolongée, plus les pathologies associées et le risque de surmorbidité sont élevés. Les chutes sont en effet responsables de 12 000 décès annuels de personnes âgées, et le coût lié à la prise en charge est de2 milliards d’euros, avec un coût moyen variant entre 2 000 et 8 000 euros par chute.

De nouvelles technologies appliquées à la prévention

En comptant les malades et leur entourage proche, 3 millions de personnes sont concernées par la maladie d’Alzheimer. Dans ce contexte, les nouvelles technologies appliquées à la prévention ont pour objectif d’aider à détecter et réduire le nombre de chutes. L’étude expérimentale a été menée au sein de deux unités Alzheimer (Limoges, Brive) auprès de deux groupes parallèles : l’un équipé du dispositif de vidéo-vigilance EDAO, l’autre non. Des capteurs optiques, installés dans les chambres des patients équipés permettent de détecter des situations à risque.

L’alerte, envoyée sur un logiciel est soumise à un opérateur qui après analyse, est en mesure de prévenir et d’aider le personnel soignant à prendre le patient rapidement en charge. Alors que la moitié des chutes nocturnes ne sont pas dépistées en EHPAD, le dispositif de vidéo-vigilance permet de diminuer le taux de chutes graves de 47% et de réaliser une économie potentielle de 72 millions € /an pour l’ensemble des lits d’EHPAD (sur une base de 590 000 lits d’EHPAD en France) Le déploiement des dispositifs dans les structures sanitaires et médico-sociales permet non seulement de rassurer les familles des patients, mais également d’aider la prise en charge des patients par le personnel soignant.


Rémi Lepage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



RT @vincent_paes: Révolution fiscale en vue pour les États-Unis https://t.co/7KURlCnhPC via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: Retraites : garder une vision à long terme https://t.co/dViHZaFYCU via @MagDecideurs
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: #Licornes : sous le soleil des #fonds https://t.co/bLq2RwCrNQ #start-up
Lundi 16 Octobre - 12:20
RT @vincent_paes: Les ambitions de @PhilippeARRAOU à la tête de @bdofrance https://t.co/Sffw6A1bEp
Lundi 16 Octobre - 12:20





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com