Boom des ETF obligataires – Les investisseurs privés doivent également s’y intéresser

30 Novembre 2016
Houda Ennebati
Notez



Au premier abord, cela sonne comme une contradiction : alors même que les taux d’intérêts sont au plus bas sur ces dernières années, les investisseurs continuent d’investir massivement dans les produits obligataires, et plus spécifiquement via les ETF (Exchange Traded Funds).En 2011, le montant des investissements en ETF obligataires avoisinait 43 milliards d’euros. Ce volume est depuis en augmentation constante, allant jusqu’à dépasser les 140 milliards d’euros depuis septembre 2016. Sur la même période, la part des ETF obligataires dans le marché global est quant à elle passée de 21% à près de 30%[1]. Les ETF obligataires ont donc vu leur part progresser bien plus significativement que celle d’autres classes d’actifs, qu’il s’agisse d’actions ou même de matières premières. Comment expliquer ce boom des ETF obligataires ? Ils offrent nombreux avantages dont les investisseurs privés peuvent eux aussi profiter, à savoir :

1. Un accès à des segments de marché intéressants :

Même si le rendement de certaines obligations souveraines évolue déjà en territoire négatif, il existe encore quelques belles opportunités à saisir dans l’univers obligataire. La dette d’entreprise américaine, par exemple, offre un rendement à maturité de 3,1 %[2]. Or, il est difficile (voire quasi impossible) pour les investisseurs privés d’investir en direct sur ces supports obligataires: ils ne peuvent être achetés que par des intervenants de marché spécialisés. L’utilisation d’ETF permet d’accéder à ces marchés avec une liquidité quotidienne, sur des montants même faibles. En général, l’investissement minimum se limite à une simple part d’un ETF coté sur le marché réglementé.

​2. Davantage de transparence

Traditionnellement, la plupart des obligations sont échangées directement entre brokers spécialisés. Il est dès lors extrêmement difficile pour les outsiders de pleinement appréhender la profondeur du marché pour chaque type d’obligation ou segment obligataire. Avec un ETF, cela est complètement transparent : les investisseurs peuvent suivre la performance sur la période qui les intéresse et décider du timing de leur investissement. Par exemple, les obligations d’entreprises de la zone euro basées sur l’indice IBOXX® € LIQUID CORPORATE 100 TR INDEX, ont affiché une performance de + 4 % sur les 12 derniers mois[3]. Aussi, la construction de l’ETF est complètement transparente. L’ETF investit en direct dans tout ou partie des obligations composant l’indice de référence. A tout moment, les investisseurs peuvent accéder, sur les sites des fournisseurs d’ETF, à la composition détaillée des fonds.

3. Une large diversification

Comme pour tout autre investissement, il est conseillé de diversifier son portefeuille obligataire. Une large diversification permet en effet de réduire l’impact d’une baisse de valorisation ou d’un défaut, d’une obligation en particulier. Parce que la plupart des obligations sont émises sur des valeurs faciales très  importantes (10 000 euros ou plus), il semble qu’on ne puisse réellement diversifier ses investissements que sur un montant très élevé d’investissement global. Les ETF obligataires contournent cet écueil : ils reflètent la performance d’un indice ; certains de ces indices peuvent contenir jusqu’à 1000 obligations ou plus. Ainsi, à travers un seul et même ordre, les investisseurs peuvent investir dans un portefeuille d’obligations largement diversifié où le risque de défaut d’un titre individuel  est considérablement réduit. t. 

4. Focus sur la liquidité :

Au cours des dernières années, les marchés obligataires ont connu de grands changements. Des acteurs du marché tels que les banques d’investissement ont réduit leur activité de trading  alors que les banques centrales s’engageaient, dans le même temps, dans des achats massifs de titres obligataires. De ce fait, les volumes négociés et le nombre de transactions se sont réduits. C’est précisément ici que les ETF peuvent fournir une solution. Les ETF sont des paniers standardisés d’obligations qui sont directement échangés entre les investisseurs en bourse. A cet égard, ils offrent aux investisseurs un accès additionnel et liquide au marché.

Historiquement,  ce marché secondaire des ETF obligataires a pu contribuée à améliorer la fluidité des échanges entre investisseurs. Le 11 décembre 2015, le marché high yield a été extrêmement perturbé aux Etats-Unis. Il est apparu que les volumes échangés sur le marché secondaire -où s’échangent les ETF- ont atteint les 5,5 milliards de dollars US. Inversement, les rachats de parts d’ETF, sur le marché primaire, se sont établis à 0,56 milliards de dollars seulement ce même jour[4]. Cela signifie que durant cette phase de stress du marché, 90% des parts se sont échangées entre investisseurs sans impacter le marché primaire, et donc le marché sous jacent. Et cela devient de plus en plus évident ces dernières années : dans des environnements de marchés difficiles, les investisseurs tendent à se reporter sur les ETF, avec, pour corollaire, une augmentation du volume d’échanges.

5. Des indices qui se concentrent sur la qualité :

Les indices obligataires traditionnels sont rigoureusement structurés autour du niveau d’émission de chaque obligation. Cela présente l’avantage  de refléter parfaitement le marché. Toutefois, cela conduit à une situation où l’entité la plus endettée (celle qui émet le plus d’obligations) représente la plus large part de l’indice. Les indices pondérés selon la qualité de crédit privilégient une autre approche : leur préférence va aux titres de pays très stables économiquement[5]. Cela peut s’avérer crucial, notamment dans l’univers des marchés émergents où le fossé qui sépare les économies prospères de celles agitées par des crises est conséquent. L’indice iBoxx Emerging Sovereigns Quality Weighted Index pondère ainsi les pays en fonction de plusieurs facteurs tels que la croissance économique ou la compétitivité globale. Investir sur les marches émergents offrant les plus hauts rendements permet de réaliser jusqu’à 4,16 % de performance (soit des rendements significativement plus élevés que ceux des marchés développés[6]). A noter également : investir sur une sélection “pays” avec une approche qualitative contribue, en retour, à réduire le risque.

Principaux risques

Les db X-trackers UCITS ETF ne sont pas des investissements à capital protégé ou garantis et les investisseurs doivent être préparés et en mesure de supporter la perte pouvant aller jusqu’à la totalité du capital investi. Les parts d’ETF db x-trackers achetées sur le marché secondaire ne peuvent généralement pas être revendues directement au fonds. Les investisseurs doivent acheter et racheter ces actions sur le marché secondaire avec l'aide d'un intermédiaire (par exemple, un opérateur de marché ou un courtier en valeurs mobilières) et peuvent entraîner des frais (comme décrit dans le prospectus applicable). En outre, les investisseurs peuvent payer plus que la valeur liquidative d'une action d’un ETF db x-trackers UCITS lors de l'achat d'actions sur le marché secondaire, et peuvent recevoir moins que la valeur liquidative lors de la vente de ces actions sur le marché secondaire

Les placements dans les fonds comportent de nombreux risques, y compris, entre autres, les risques généraux de marché, les risques de crédit, de change, de liquidité et les risques liés aux taux d'intérêt. La valeur d'un investissement dans un ETF Deutsche Bank, conforme à la directive UCITS, peut aussi bien diminuer qu'augmenter et il est possible que les investisseurs ne récupèrent pas la totalité du montant de leur investissement initial. 

A propos de l'auteur : Houda Ennebati est responsable de la gestion passive chez Deutsche Asset Management.


Houda Ennebati

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



La directive MIF 2 bouleverse les pratiques sur les marchés: Les acteurs devront assumer... https://t.co/um92fc5kCg https://t.co/KzRcvmczf9
Jeudi 20 Avril - 19:52
La filière bois profite de la hausse des prix: L’indice général du prix de vente des... https://t.co/UBSr4cUKPF https://t.co/BLOPaRyNqQ
Jeudi 20 Avril - 19:52
Quels impacts économiques suite au référendum en Turquie: Le taux d’approbation du... https://t.co/mDJnFYZWh5 https://t.co/hF2d5LCReS
Jeudi 20 Avril - 19:52
Les banques face aux Gafa: Google, Apple, Facebook et Amazon font trembler la planète... https://t.co/v8kA7lIb62 https://t.co/hjUgAkLm4U
Jeudi 20 Avril - 19:52





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com