Amazonie : les enjeux d’un massacre

16 Août 2009
Notez

La déforestation de l’Amazonie est de plus en plus intensive. Elle profite à un petit nombre. Les populations qui y participent ne récoltent pas le fruit de leur travail. Qui en profite ? Un article publié par la revue américaine, le 12 juin 2009, Science trace le bilan d’un des plus gros pillages du XXème siècle.



Amazonie : les enjeux d’un massacre
Selon les auteurs de l'enquête, le déboisement permet, au début, une amélioration du sort des populations locales. Ainsi, l'indice de développement humain (IDH progresse aussi vite, ou plus vite, le long de la frontière du déboisement que la moyenne nationale brésilienne. Mais, à mesure que cette frontière se déplace, les progrès du développement humain s'amenuisent. Ce dernier retrouve dans les régions déjà déboisées un niveau comparable - et bas - à celui qu'on enregistre dans les zones non déboisées.

Le boom du développement tient à l'exploitation des ressources naturelles, facilitée par un meilleur écoulement des produits grâce aux nouvelles routes goudronnées, et à l'implantation du réseau gouvernemental éducatif et sanitaire. Mais, une fois ces ressources exploitées rien n’a été mis en place pour que le développement continue.

La déforestation sert à élever du bétail…

La conclusion de l’étude est claire : « L'actuel mode de développement de l'Amazonie est très loin d'être désirable, qu'il s'agisse des hommes ou de la nature ». Dans un récent rapport, Greenpeace soulignait que l'élevage de bovins est responsable de 80 % de la déforestation. Selon l'organisation écologiste, « au cours des dernières années, un hectare de forêt a été détruit toutes les 18 secondes en moyenne par les éleveurs de bétail ». Résultat, le Brésil est devenu le premier exportateur de viande de boeuf, avec un tiers du tonnage mondial.

… qui sera vendu à l’étranger

Un vif débat oppose actuellement écologistes et exploitants ruraux à propos d'un projet de loi sur le point d'être voté sur la régularisation foncière en Amazonie. Le texte prévoit de donner une garantie juridique aux agriculteurs les plus vulnérables. Mais les écologistes, soutenus par le ministre de l'environnement, Carlos Minc, accusent les parlementaires d'avoir défiguré le projet en introduisant plusieurs clauses jugées trop favorables à l'agrobusiness. Le président Luiz Inacio Lula da Silva devra trancher : attirer des entreprises de taille mondiale ou aider une partie de la population la plus défavorisée.




1.Posté par Julie le 15/03/2010 11:53

Malheureusement, on sait déjà son choix : l'argent. Les pauvres ne sont jamais la priorité. En attendant, le monde souffre chaque jour un peu plus.

Malheureusement, quand il faudra payer l'addition (qui sera salée). Il n'y aura plus personne. Et ce sont les pauvres qui vont trinquer.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon




Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Formation professionnelle : Chômage de masse ? Solution de masse !: Jamais le chômage n'a été aussi élevé en...… https://t.co/ejVF8XwzLg
Vendredi 20 Octobre - 16:25
La collaboration : nouvelle martingale des entreprises face aux acteurs du numérique: L’univers de la... https://t.co/OTIXdhUuvT
Vendredi 20 Octobre - 16:10
RT @vincent_paes: Paul Newsome (Unigestion) : « Une approche plus collaborative avec les GPs » https://t.co/5jea1auYXz via @MagDecideurs
Jeudi 19 Octobre - 10:28
RT @vincent_paes: "Les gérants ont fait des progrès en matière de #reporting et de #transparence" @LNFalchier @CNP_Assurances https://t.co/…
Jeudi 19 Octobre - 10:28





Lexique de Sciences économiques et sociales


À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com