450 000 euros par an pour les dirigeants d'entreprises publiques

18 Juin 2012
Notez



Le gouvernement a décidé de plafonner les rémunérations, fixes et variables, des dirigeants des entreprises publiques et de leurs filiales détenues par l’État, à 450 000 euros par an, soit près de 28 Smic. Ce montant a été choisi de sorte que la plus haute rémunération ne puisse excéder vingt fois la moyenne des 10% des salaires les plus bas dans ces entreprises, soit environ 1 875 euros brut par mois.

Un projet bancal

450 000 euros par an pour les dirigeants d'entreprises publiques
Au total, vingt personnes seront consacrées dont les patrons d’Areva, de la SNCF, de La Poste ou encore d’EDF. Mais à l’occasion d’un point de presse, Pierre Moscovici, le ministre de l'Économie et des Finances, a souhaité que "la même exigence de modération et de justice pour les entreprises où l’État est actionnaire minoritaire". Parmi les sociétés visées, on retrouve entre autres GDF Suez, Renault, France Télécom et Air France-KLM.

Pour autant, les dirigeants ne font pas la tête. Car le gouvernement n’a pas encadré les rémunérations accessoires telles que les parachutes dorés, les retraites chapeau, les stock-options, les actions gratuites ou encore les primes de non-concurrence. Nul doute donc que les dirigeants trouveront un moyen de regagner via ces modes de rémunération ce qu’ils ont perdu. Interrogé sur le sujet, Pierre Moscovici a indiqué que ce dossier sera traité à l’automne à l’occasion d’un projet de loi qui devrait aboutir à un vrai contrôle tant pour les entreprises publiques que privées.

Et le privé dans tout ça ?

Le gouvernement espère (rêve) que cette mesure inspire le secteur privé. Selon le cabinet Proxinvest, en 2010, les quarante dirigeants du CAC 40 ont touché en moyenne une rémunération totale de 4,11 millions d’euros, soit un bond de 34 % sur un an. Pas sûr donc qu’ils fassent d’eux même un tel écart de rémunération….



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter




Regroupement de crédit sur rachat-credit-entre-particulier.com
La loi Hamon
Credifina : Guide du credit sans justificatif
Francois Regis Tézé



Facebook
Twitter
Viadeo
Mobile
Rss

Inscription à la newsletter



Accès à la propriété : 40 ans d’inégalités sociales: Dans son étude « Accès à la... https://t.co/sqSc1RnoJe https://t.co/tiQkPBDqLd
Vendredi 27 Mai - 11:31
URSSAF contre UBber : le choc de deux modèles: Chère URSSAF, Le dernier rebondissement en date dans la grande... https://t.co/3PA7cTSRkz
Vendredi 20 Mai - 15:16
Le S&P 500 dans les starting blocks: Les séances se suivent et se ressemblent depuis... https://t.co/7c8U0CELdD https://t.co/NP94Q5jYJa
Vendredi 20 Mai - 15:01
Des TPE fragilisées et incomprises: Baromètre des TPE : une situation économique qui reste précaire. Le... https://t.co/8VhpoCoLnx
Jeudi 12 Mai - 12:36





Lexique de Sciences économiques et sociales


bonial – prospectus et catalogues de vos magasins – moins de papier!

À vous de jouer...

Vous aimez écrire ? décrypter l'actualité économique ? et donner votre point de vue ? Alors soumettez vos articles à Économie et société. Pour cela, envoyez vos propositions à redaction@economieetsociete.com